Radioamateur vers la liberté ou la facilité?

La fin de l’année 2014 a été pour moi, très occupée. Ceci ne m’a pas empêché de continuer mon périple dans le domaine de l’informatique et la radioamateur. Plusieurs projets m’ont effleuré l’esprit ces derniers temps et j’ai maintenant un peu l’embarras du choix pour les prochains articles. Je profite de mes vacances festives pour écrire un petit quelque chose qui combine radioamateur et l’informatique.

Les radioamateurs ne cesseront jamais de me surprendre, du moins au Québec. À l’arrivée de la technologie D-Star de Icom, plusieurs personnes ont manifesté leur désaccord vis-à-vis cette nouveauté, sous prétexte que le D-Star utilise une portion propriétaire qui est la puce Digital-Voice-System-s-AMBE-3000-Vocoder-ChipAMBE-3000. Aujourd’hui, ces mêmes personnes utilisent des radios, aussi numériques, mais d’une autre compagnie. Après quelques discussions avec mes amis et de recherche sur internet, je me rends contre que cette dite compagnie utilise la même puce que le D-Star, soit le AMBE-3000, oui, cette même puce qui a fait l’objet d’une quasi-révolte. En fait, cette puce est utilisée dans plusieurs technologies impliquant la voix et le data. Je ne suis pas là pour faire le procès de ces gens, mais plutôt de crée une réflexion sur la portion propriétaire de la chose.

Si la radioamateur est sensible au sens de la propriété et de ne pas propager des transmissions codées de façon secrète, quand est-il de leur ordinateur utilisé avec leur radio? OK, je vais un peu loin, mais continuons pour saisir un peu plus le sens de ce que j’avance ici.

Il y a un temps où les manufacturiers de radios étaient beaucoup moins présents ou si vous voulez, les radios devaient êtres moins abordables et les gens, passaient des soirées et des nuits à confectionner leur propre radio soudée à la main. Nous étions loin du D-Star à ce moment et en plus, les cristaux étaient fixes.

Si l’argent était la raison cachée de toute cette polémique, pourquoi les gens s’entêtent- t-il à utiliser un ordinateur avec Windows et avec des logiciels qu’ils ont soit achetés ou piratés pour faire fonctionner leurs radios avec leur ordinateur?

Ne serait-il pas de mise, d’installer une version Linux gratuite, avec des logiciels libres et Linux-Distros-800x800gratuits? Pensez-y, et moi le premier, nous sommes que quelques radioamateurs au Québec, et au lieu de se rassembler, on ne manque pas une occasion de se décimer. Alors, qu’il est très possible d’avoir un ordinateur sous Linux pour vos radios, je peux même m’offrir pour faire des ateliers pour au moins vous aider à ne plus pirater les logiciels et d’utiliser quelque chose d’un peu plus libre et en prime, d’être plus en mesure de protéger sa vie privée.

3 thoughts on “Radioamateur vers la liberté ou la facilité?

  1. Pingback: Radioamateur vers la liberté ou la facilité ? par VA2OS | Radioamateurs-France

  2. f4grx

    hello

    bien d’accord avec vous pour linux, moi j’appelle ca voir la paille dans son oeil avant la poutre dans celui du voisin.

    si je comprends bien, cette puce est chargee de l’encodage audio? dans ce cas elle ne fait qu’executer un algorithme, qui peut etre reverse-engineered…

    une rapide recherche google me donne: http://www.eham.net/articles/24011

    il faut aider ces gens a developper le codec ouvert. ainsi les puces proprietaires ne seront plus indispensables.

    Voir les travaux de Bunnie et Xobs sur le passage du reverse engineering (fair use) au monde open source: http://www.bunniestudios.com/blog/?p=4297 et sa conference donnee au 31C3

    73’s

    1. Sylvain Post author

      Merci f4grx pour les références!

      Il y a matière à réflection et à méditer. Je me rencontre de plus en plus, comment le monde open source est important. Donc il est aussi très important de le soutenir. Je pense que c’est la direction que je prendrai en 2015. Plus axé sur la promotion de l’open source et de son importance.
      C’est grâce à ces acteurs que nous voyons de plus en plus de nouvelles applications pour le D-Star.
      Meilleurs 73